FAQ

Communication de crise & gestion des plans sociaux


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /var/www/html/lafrenchcom/wp-content/themes/lafrenchcom2020/templates/article/content.php on line 27

Question :

Je suis Directrice de la communication d’un important groupe industriel international implanté en France. Je souhaite qu’un cabinet de conseils spécialisé en gestion de crise et communication de crise, comme le votre, puisse accompagner les dirigeants de notre entreprise afin de les coacher. L’idée est de les préparer rapidement à faire face à la mise en place d’un plan social concernant 1200 salariés ?

Nous anticipons dans les prochaines semaines le déploiement d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) visant à faciliter le reclassement de nos salariés dont le licenciement économique est inévitable.

Nous souhaitons protéger notre image et notre réputation et faire entendre notre voix face à celle des syndicats notamment qui ont une forte influence médiatique et dénigrent systématiquement notre organisation, sa stratégie et nos dirigeants auprès des journalistes.

 

Réponse :

Nous accompagnons de nombreuses directions des ressources humaines (DRH) après qu’eut été décidée une vague de licenciements économiques, l’ouverture de plans sociaux, la remise en question d’accords d’entreprise, le gel des politiques de rémunération… autant de décisions qui peuvent gravement entacher l’image d’une organisation qui peut pourtant avoir acquis une bonne réputation au fil des années.

Vous vous êtes certainement aperçue, en tant que communicante, que certains projets de plans sociaux font la une du « 20 heures », alors que l’aura médiatique d’autres restructurations, au moins aussi douloureuses, ne dépasse jamais le giron local.

Cette distorsion tient certes à la notoriété du groupe concerné, mais pas seulement. Pour éviter d’être perçus par l’opinion publique comme d’ « abominables tueurs d’emplois » , nous mettons à la disposition de nos clients un arsenal de communication de plus en plus sophistiqué.

Des armes que n’hésitent plus, aujourd’hui, à utiliser des patrons de PME. En effet, après les grands groupes cotés en bourse qui nous font confiance, les PME et les ETI sont à leur tour touchées par les rachats et les plans sociaux et n’hésitent pas à faire appel à nos services.

Notre société spécialisée dans la prévention et la gestion de situation de crise organise ainsi régulièrement des sessions de formations pour ses membres.

Les cabinets spécialisés comme le notre préconisent le média training qui permet au dirigeant de faire passer les messages jugés stratégiques. C’est aussi une préparation que proposent les grandes organisations syndicales à leurs représentants. Pour une interview diffusée dans le journal télévisé local, il faut être compréhensible par un enfant de 12 ans.

Nous ajoutons à notre formation un entraînement à la négociation. Il faut par exemple savoir où se placer lorsqu’on entre dans la salle où se tient le comité d’entreprise.

Nos spécialistes du sujet recommandent par exemple aux chefs d’entreprise que nous accompagnons de ne pas se mettre à côté de leurs collaborateurs, face aux représentants du personnel, mais de se répartir autour de la table des négociations et d’apprendre le langage des yeux. Une tactique qui, pour passer inaperçue, doit évidemment être mise en oeuvre plusieurs mois avant le premier CE de crise.

Nous assurons également la répétition générale souvent dans les quelques jours qui précèdent la réunion, où nos consultants en gestion de crise, se mettant dans la peau des représentants du personnel, donnent la réplique aux dirigeants.

Des préparations aux plans sociaux facturées de 10.000 à 15.000 euros par jour par les agences de communication de crise à Paris.

Anticiper… voilà le maître mot. Mais pour préparer un plan d’action face à un plan social avec un cabinet de consultants en gestion de crise, il faut veiller à éviter le délit d’entrave qui vous mène tout droit en correctionnelle avec des peines de prison à la clé.

Voilà pourquoi notre approche de l’avant-crise n’est jamais clandestine. Nos consultants préconisent aux dirigeants et aux DRH que nous accompagnons d’utiliser, à l’interne, ce qu’ils appellent un « leader d’opinion » pour diffuser des informations et évaluer les réactions qu’elles entraînent.

Nos conseils préconisent de prévenir les élus locaux avant l’annonce officielle.

La gestion de la communication externe est souvent au centre de la stratégie définie par des cabinets spécialisés en communication de crise comme le notre. Il ne faut pas pratiquer la politique de l’autruche, mais répondre très vite à toutes les sollicitations de la presse estime par exemple la directrice des relations presse chez LaFrenchCom. Nos consultants aident également nos clients à établir un outil essentiel : la « cartographie » des acteurs qui préfigure tout « plan de bataille ».

En dépit de la prime personnelle à la clé, les responsables de sites chez nos clients rechignent généralement à gérer un plan social. Il n’est pas rare alors que le cabinet de conseil en ressources humaines en charge du dossier, comme LaFrenchCom, envoie un de ses spécialistes des plans sociaux, officiellement recruté en tant que nouveau membre de l’entreprise, qui partira dès que tout sera bouclé.

La réussite du plan social tient aussi à ce qui figure dans le livre III. Les consultants spécialisés en plans sociaux estiment, pour la plupart, qu’il faut se faire accompagner par une agence pour éviter que la crise tourne mal.